Posted in Nos conférences Publications

Conférence TEDx : une ambition folle pour l’Europe

Entrepreneur français, physicien quantique il y a bien longtemps. CEO de MailClark et président de Novius Fan de science, tech & art. Inventeur d'Europeo, une langue commune européenne.
Conférence TEDx : une ambition folle pour l’Europe Posted on 17 June, 2018Leave a comment
Entrepreneur français, physicien quantique il y a bien longtemps. CEO de MailClark et président de Novius Fan de science, tech & art. Inventeur d'Europeo, une langue commune européenne.

TedX nous pousse à être ambitieux. J’aimerais donc ce soir vous proposer un projet ambitieux qui permettrait de… redynamiser l’Europe ! Oui, oui, rien que ça. Il faut savoir viser haut !

Car L’Europe est un projet civilisationnel extraordinaire
Qu’on y pense :
C’est la première fois qu’un ensemble géographique de la taille d’un empire se construit par adhésion et non par invasion.
Car au delà d’une culture commune, depuis l’antiquité, s’est établie au fil des siècles, une convergence évidente de civilisation. Malgré les frontières et le cloisonnement politique, le voyageur de tourisme ou d’affaires se sent chez lui aussi bien à Rome qu’à Dublin, à Copenhague qu’à Séville ou à Athènes. Les fondements artistiques et architecturaux, les valeurs culturelles, les droits de l’homme, la défense des libertés, les règles de l’amour, de la vie, de la mort sont partout les mêmes.
C’est bien une civilisation commune qui nous unit.

Et pourtant après des débuts vraiment enthousiasmants, l’Europe politique patine. Il semble bien que nous soyons bloqués, que quelque chose nous empêche d’avancer, d’aller plus loin ensemble.

Certains disent que c’est parce que l’Europe est
Trop bureaucratique
Trop économique
Trop centralisée
Pas assez politique
Peut-être…

Ma conviction c’est qu’il manque une chose fondamentale à l’Europe.
Quelque chose que toutes les Nations en construction ont imposé, parfois de force, à leurs populations pour obtenir l’unité, quelque chose tellement indispensable que les pays qui ne l’ont pas sont menacés d’explosion constamment,

Ce quelque chose, c’est une langue commune.
On ne peut pas unifier un peuple sans une langue commune.

L’empire romain avait le latin, l’empire britannique l’anglais, les Chinois se fédèrent avec les idéogrammes, le monde musulman avec l’arabe du Coran, l’Amérique latine avec l’espagnol.
A l’opposé, la Belgique ou la Catalogne connaissent de graves difficultés dues en grande partie à l’absence de langue commune.

Jusqu’à la fin du 18ème siècle l’Europe a maintenu une cohésion parmi ses élites grâce au latin. Et puis la naissance des Etats nations s’est faite par l’imposition des langues nationales et par la suppression progressive de cette langue commune qu’était le latin.

Cette apparition des nationalismes et cette incapacité à se comprendre a, comme chacun sait, conduit aux horribles guerres du XXème siècle qui n’ont eu finalement qu’une vertu : celle de nous convaincre de tout faire pour obtenir la paix. Et le meilleur moyen qu’on ait trouvé pour ça fût l’invention de l’Europe politique.

Mais depuis nous avons du mal à nous comprendre.
24 langues officielles, rien que ça ! On les voit ici sur cette image tirée du site Internet de l’Union européenne. Ils ont l’air heureux mais à mon avis c’est juste un photomontage !

Bon sur ces 24 langues, 3 sont dites langues de travail : l’allemand, le français et surtout l’anglais qui semble tout emporter en ce moment.

Le problème, c’est que l’anglais n’est pas la langue de tous, l’anglais n’est pas la langue des européens. C’est la langue de quelques uns des pays d’Europe seulement, et encore, le plus important d’entre eux vient malheureusement de claquer bruyamment la porte de notre maison commune.

Puisqu’on parle de l’anglais je vais profiter de votre présence nombreuse pour faire un sondage :
J’ai 3 questions :
Qui d’entre vous parle anglais ? Tout le monde ou presque.
Qui d’entre vous peut suivre un film sans sous-titrage ? Déjà beaucoup moins.
Qui d’entre vous se sent capable de dominer une négociation face à un anglophone natif ? Quasiment personne !

En fait, contrairement aux idées reçues, l’anglais est une langue très difficile à maîtriser et par conséquent source de bien des incompréhensions. Ce qui conduit une bonne partie des Européens à être finalement très réticents à son utilisation car elle leur donne souvent un sentiment d’injustice et de soumission à une puissance étrangère.

Donc si on veut retrouver l’unité de l’Europe, il nous faut une langue commune mais qui ne soit pas l’anglais, qui ne soit aucune langue des Etats d’Europe non plus.
Ce ne sera pas le latin non, plus. Il faut parfois savoir tourner des pages.
L’espéranto pourrait être un candidat. Mais il présente de nombreux défauts, notamment d’être trop théorique, pas assez naturel. C’est à mon avis pour ça qu’il ne décolle pas.

Donc la langue européenne n’existe pas encore.

Alors que faire ?

Et si on était ambitieux ?

Et si on la construisait !

Ridicule ? Peut-être… Et alors ? Tant mieux. Toutes les grandes idées ont, paraît-il, été jugées d’abord ridicules puis dangereuses avant de devenir évidentes.

Construire une langue, c’est possible. La preuve, ça s’est déjà fait dans l’histoire : l’arabe littéraire est une langue construite, le swahili, langue officielle de plusieurs états africains, notamment de la Tanzanie et du Kenya, l’hébreu moderne est une langue construite, est une langue construite. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles marchent !

Alors pourquoi pas nous, en Europe.

Quel serait le cahier des charges ?

– Construire une langue-synthèse des langues européennes sans en privilégier aucune.
– Construire une langue commune mais pas unique. Si je suis français, je garde le Français mais je parle aussi cette langue commune.
– Construire une langue égalitaire entre les hommes et les femmes (plus de problème d’inclusivité)
– Construire une langue représentative de notre Histoire, ayant donc des racines grecques et latine,
– Construire une langue facile, à apprendre, à lire, à prononcer, et d’une compréhension immédiate
Par exemple, apprendre une langue construite pour obtenir un niveau correct prend 150 heures alors que ça prend 1500 heures pour une langue classique. Un facteur 10 !

Alors vu qu’aucune langue actuelle ne remplit vraiment ce cahier des charges et comme j’avais un peu de temps à perdre (il faut toujours penser à perdre un peu de temps, c’est important), j’en ai construit une.
Et je l’ai appelée Europeo, tout naturellement.

Alors comment je l’ai construite ?
Mon travail a été le suivant
Il se trouve que dans la vie, je travaille dans le logiciel. Aujourd’hui l’informatique nous permet d’avoir sous la main des outils extaordinaires.
J’ai donc utilisé Google Translate qui permet d’obtenir la traduction de n’importe quel mot dans les 24 langues européennes. Et j’ai codé un programme, qui se se trouve sur un site accessible à tous europeo.li , sur lequel il suffit d’entrer un mot, le logiciel charge les traductions dans les 24 langues officielles de l’Europe et calcule, en quelque sorte, le barycentre de ce mot pondéré par la population parlant chacune de ces langues.
On obtient donc un mot consensuel et compris par tous. Un mot démocratique en quelque sorte.

Quelques exemples :
Par exemple le mot ambitieux, le mot de la soirée, en europeo se traduit par ambitios. Ambitieux par ambitios

Bière se traduit par bier
vouloir par voler
S’il vous plait par prose
D’où la phrase indispensable où qu’on aille en Europe
“Yo vole un bier, prose.”

Si vous n’êtes pas très bière, vous pouvez aussi demander
un cidre
un vin rod o un vin bianc
un orange suc o un aqua mineral
un te o un cafe

Pour que vous vous fassiez une idée de sa phonétique, de sa musique, j’ai demandé à des amis européens non francophones, de vous faire une petite démonstration :

“Civilization european es extraordinar, ma necessita un lingua comun. It es possible !
Li Union European deve far li maximum por crear e adoptar este lingua e por que alle citizens parla este lingua.
Por Europa, un lingua comun es l’ultima ambition.”

Necessita un traduction ?

La magie de cette histoire, c’est que l’informatique nous permet de déterrer un language qui, sans qu’on le sache, est enfoui en nous et qu’on comprend tous.

Ce n’est pas notre langue et pourtant on sent, sans pouvoir expliquer précisément pourquoi, que c’est tout de même notre langue. Car en fait c’est plus qu’une langue, c’est un patrimoine commun et c’est ça qui devrait définir la langue européenne.

Vous l’aurez compris, que ce soit l’Europeo ou une autre langue construite (je pense notamment à l’interlingue et l’interlingua, deux langues construites qui pourraient être de très bonnes bases), avoir de l’ambition pour l’Europe aujourd’hui, c’est oser affirmer qu’il est possible d’imaginer une langue commune et de la mettre en place avec le travail de linguistes bien sûr, et que c’est grâce à elle seulement qu’on pourra construire une véritable unité en Europe.

Merci

Social actions:
Entrepreneur français, physicien quantique il y a bien longtemps. CEO de MailClark et président de Novius Fan de science, tech & art. Inventeur d'Europeo, une langue commune européenne.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *